C’était une journée pluvieuse et froide comme on peut en avoir vers la fin de l’année.

On avait fait notre maraude toute la matinée, en portant, sous notre bras, un cadeau de noël que des enfants d’une école avaient préparé pour vous.

Nous étions trempés et l’emballage du cadeau commençait à ne plus ressembler à grand-chose.

Mais je me souviendrai toujours de votre grand sourire quand vous nous avez vus arriver avec le présent.

C’était un sourire comme je n'en avais jamais vu sur votre visage. On aurait dit une grande enfant.

    © Pierre Lecrenier

    Nous nous sommes approchés de vous afin de réaliser les soins dont vous aviez besoin.

    La plaie n’était pas jolie. C’était un moment douloureux pour vous mais vous serriez la main de votre compagnon le plus fort que vous pouviez.

    C’est vrai qu’il était toujours là pour vous...

    Ensuite, vous vous êtes littéralement jetée sur le cadeau pour y découvrir tout un tas de choses : des bonbons, des chocolats, des vêtements chauds, etc.

    Et surtout, cette paire de gants en velours et cuir rouge. Vous les avez directement enfilés en faisant le bruit d’une tigresse, car vous trouviez qu’ils étaient d’un kitsch !

    Vous nous avez beaucoup fait rire. Je garderai cette image joyeuse de vous.

    Nous sommes partis en vous laissant découvrir la suite de votre présent.

    Je ne le savais pas encore, mais cette rencontre allait être la dernière…

    • Antoine, travailleur social

    Envie d'en savoir plus sur notre travail en rue ?